Un violon résonne

Et fait entendre quelque chanson oubliée

Quelque chanson d’un Temps Ancien

D’un Temps passé et lointain

Cet instrument si noble

Fait entendre quelque complainte

Quelque murmure du vent

Que j’ai pour tâche de vous raconter

Un vin nouveau

Au baptême d’un nouveau né

Le souvenir de quelque aïeul

Déjà en l’autre monde.

Le vent me fait entendre

Quelque mélodie riante

D’une famille aimante.

Entre deux saisons,

Les embruns salés

Sèchent les larmes d’amertume

Qui, emportés par le vent,

Se posent sur une toute petite tombe.

Les regards sont pensants,

Les gens soupirent,

Mais une nouvelle vie est un espoir

Pour recommencer à vivre

Car la vie ne s’arrête pas à quelques chagrins.